Numérique : les éco-gestes pour agir au quotidien

Les usages numériques ont un fort impact sur l'environnement. Voici quelques gestes simples, formalisés par l'Ademe, pour en limiter les effets.

Publié le 06-11-2020

Dans cette page

Si Internet était un pays, il serait le 3ème plus gros consommateur d’électricité au monde derrière la Chine et les Etats-Unis avec 1500 TWH par an. Au total, le numérique consomme 10 à 15 % de l’électricité mondiale et cette consommation double tous les 4 ans. Le numérique est en outre responsable de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre soit davantage que le transport aérien, avec un doublement prévu d'ici à 2025. Voici donc quelques gestes simples pour limiter les effets du numérique sur l'environnement au quotidien. 

  • Garder plus longtemps ses équipements : évitez de remplacer vos équipements numériques sur un coup de tête ou suite à une offre promotionnelle, entretenez vos appareils en installant notamment des protections contre les virus, pensez au don, troc ou vente d'occasion quand vous les remplacez. Ne gardez pas chez vous les appareils inutilisés, ils représentent un gisement précieux de matériaux recyclables.
  • S'équiper léger : achetez du matériel adapté à vos besoins et choisissez des appareils porteurs de labels environnementaux
  • Limiter les consommations d'énergie : ne laissez pas les appareils en veille quand vous ne vous en servez plus. Banchez vos équipements sur une multiprise à interrupteur et éteignez-là, sinon, même éteints, vos équipements continuent à consommer. Désactivez les fonctions GPS, Wifi et Blutooth sur votre téléphone quand vous ne vous en servez pas ou mettez-vous en mode avion. Limitez le nombre d'onglets ouverts et inutilisés. Imprimez seulement quand nécessaire, paramétrez l'imprimante (noir et blanc, reco-verso, deux pages par feuille). Enfin, quand vous concevez un document, rendez-le facile et agréable à lire, votre correspondant aura moins envie de l'imprimer et évitez les aplats de couleur, très gourmands en encre. 

Et les mails ? 

Le stockage, mais également la circulation des quelque 293 milliards de courriels qui s’échangent chaque jour dans le monde nécessitent la fabrication et l’entretien de machines (serveurs, routeurs…) et d’infrastructures énergivores dont la production et le retraitement (déchets) restent très polluants. L'impact de l'envoi d'un mail dépend du poids des pièces jointes, du temps de stockage sur un serveur et du nombre de destinataires. Multiplier par 10 le nombre de destinataires multiplie par 4 son impact. Le conseil :

Alléger ses mails : ciblez les destinataires, nettoyez vos listes de diffusion, optimisez la taille des fichiers que vous transférez (fichiers compressés, images et PDF basse définition). Pensez à utiliser des sites de dépôt temporaire plutôt que l'envoi en pièce jointe, les données sont "nettoyées" au bout de quelques jours. Enfin nettoyez régulièrement votre boite mail et désinscrivez-vous des listes de diffusion qui ne vous intéressent plus. 

Recherche web : aller au plus court ! 

Aller directement sur un site, soit en tapant son adresse, soit en l’ayant enregistré comme « favori » divise par 4 les émissions de GES. Le matériel utilisé compte aussi. Une recherche d'une minute sur un site internet consomme 100 watts sur un ordinateur fixe, 20 watts sur un ordinateur portable, quelques watts sur une tablette et moins sur un téléphone. 

Le guide de l'Ademe, "La face cachée du numérique" est à lire en ligne

Actualités ArtikuluakActualitats