Paxkal Indo : une vie dédiée à l’euskara

Paxkal Indo ©C.Medale

Le lycée Bernat-Etxepare, édifié sur un terrain cédé par la Communauté d’Agglomération Pays Basque, sera inauguré à Bayonne en septembre. Une satisfaction pour Paxkal Indo, président de Seaska.

L’euskara, c’est sa vie. Le défendre et en assurer la transmission, sa mission. Ce parent d’ikastola préside aux destinées de Seaska, fédération des ikastola, écoles immersives en langue basque. Lui, c’est Paxkal Indo, 49 ans, né à Saint-Jean-de-Luz, producteur de spectacle, pyrotechnicien et musicien à Baigorri. « L’ikastola, c’est dans mon ADN, confie-t-il. Mes parents ont été parmi les premiers militants. Et je fais partie de la 2e promo de l’ikastola luzienne, que j’ai dû quitter tôt, car il n’y avait alors pas de CP en basque. »

C’est dire le chemin parcouru quand aujourd’hui Seaska compte 31 écoles, 3 collèges et un… lycée de toute dernière génération. « Ouvrir ce premier lycée professionnel, généraliste et technologique en euskara est l’une de nos plus belles satisfactions, indique-t-il. Ce lycée existe grâce à la solution trouvée par l’Agglomération. Seaska avait un financement de la Région, mais pas de terrain. En nous cédant 14 000m² avenue du 14-avril-1814, l’Agglo Pays Basque nous a ouvert les portes de ce lycée. » Elle a aussi contribué à l’installation du collège bayonnais en lieu et place de l’ancien lycée, sur le site Jean-Jacques Rousseau.

Un internat sur site

« Le lycée Bernat-Etxepare aura une capacité d’accueil de 500 élèves, une fois l’annexe construite », précise Paxkal Indo. A la rentrée, ils seront déjà près de 300 élèves à en pousser les portes, Certains privilégieront l’internat de 130 places, qui, « pour la première fois, jouxte le lycée. » Une aubaine pour les jeunes venus du plus loin de Soule, ou de Basse-Navarre.

Une cuisine collective privilégiant les filières courtes, des salles d’études modernes, une halle multisports, une infirmerie..., complèteront ses points forts. Le lycée sera de plus relié à la chaufferie bois mise en place par la Ville de Bayonne.

A la rentrée, en plus des enseignements généralistes, trois filières seront proposées : un bac pro Service à la Personne et Vie Locale, un bac pro commerce et une 3e préparation à la vie professionnelle.

Par ailleurs, en plus de réaliser un collège à Bayonne, Seaska compte d’autres nouveautés pour la rentrée : une ikastola à Boucau, une classe Ulis au collège de Larceveau. « Nous y tenons car il s’agit là d’intégration sociale. »

Une passion intacte

Après dix ans passés à la présidence de la fédération, l’homme se dit toujours « passionné par sa mission menée aux côtés d’une équipe de 17 personnes dirigée par Hur Gorostiaga. » « Je prends toujours autant de plaisir dans ce militantisme. Nous avons connu des batailles, comme lors de négociations avec l’Education nationale, mais comme pour un combat de boxe, malgré les coups, quel bonheur d’avoir livré combat. »

Dix ans de batailles, de satisfactions aussi. « Mais dix ans quand même », livre Paxkal Indo, soucieux de « transmettre un jour le flambeau ». « Le prochain président sera bénévole, et parent d’élève, une règle qui fait d’ailleurs l’une des forces de Seaska. Je ne le connais pas encore mais j’ai déjà confiance en lui », sourit-il.

En attendant, Paxkal Indo représentera Seaska pour l’inauguration du lycée mi-septembre. Une juste reconnaissance.

 

  1. Sur les 10 ME de construction, la Région Aquitaine avance 7,2 ME. Une campagne de vente de pommiers aidera Seaska à payer le coût de fonctionnement de 300 000 euros.

+ d’infos sur Seaska : www.seaska.eus/fr

Retrouvez la version basque de ce portrait. 

Photo © C.Medale

Partager