Artha, comme une évidence

Pantxika Telleria
Le spectacle Artha de la chorégraphe Pantxika Telleria sera l’un des temps forts de Kultura Bidean, Sur les Chemins de la culture, une proposition artistique portée par la Communauté Pays Basque dans le domaine du spectacle vivant à l’adresse de la jeunesse. A découvrir ce vendredi 7 décembre à Saint-Pée-sur-Nivelle.

La chorégraphe de la compagnie EliralE, Pantxika Telleria, s’appuie sur les mutxiko pour explorer le rapport au lieu et à l’intime. Son spectacle sera donné dans le cadre de Kultura Bidean à Saint-Pée-sur-Nivelle. Il n’y a parfois pas à tortiller quand on se lance dans la création chorégraphique. Les évidences sont parfois là, comme cette digue de l’Artha qui plante l’horizon de la chorégraphe luzienne Pantxika Telleria. Ou ce langage des mutxiko, qui a bercé la vie de cette danseuse de formation classique et contemporaine, comme pour marteler le droit du sol. La pièce Artha, qui a été créée au festival Le Temps d’Aimer la danse de Biarritz(1), préfigure un tournant dans l’écriture de Pantxika Telleria.

À cause d’abord de cet appui au sol. « J’ai écrit cette pièce en mutxiko de bout en bout » se réjouit la chorégraphe. Une grammaire vielle comme le monde des branles, encore vivace au Pays Basque et qui influençait inconsciemment Pantxika, toujours attirée par un langage contemporain qui puisait sa force dans le sol ou par des danseurs issues des danses traditionnelles. Et s’il y a bien quelques clins d’oeil à la gestuelle contemporaine ou une corporalité résolument moderne, la meneuse de la compagnie EliralE s’est appliquée à plonger « de bout en bout » dans ce vocabulaire traditionnel. Danses physiques et telluriques qui ont l’avantage de libérer l’expression du lieu, en l’occurrence cette digue de l’Artha qui simultanément protège et projette vers l’infinité de la mer. Un lieu qui libère la parole de ceux qui l’ont foulé, qui se sont laissés emportés par ces courants. Un espace qui « régénère » dit Pantxika et qui ouvre un rapport intime avec chacun. Un rempart aux tempêtes, immuable, dont jailli pourtant la fluidité de la mer.

La fluidité, l’espace, le poids, la temporalité, voilà les quatre forces que doit apprivoiser Pantxika Telleria pour cette danse de l’évidence. Une introspection dans les corps et les sensations, écrite en silence pour mieux en maîtriser les appuis. Avant que Paxkal Irigoyen ne compose la bande son de cette expression du lieu. A sept minutes près, lorsque la pièce invite chacun à se figurer sa propre expérience du lieu, dans le murmure du souffle des danseurs. L’Artha se pose là.

(1) La troupe, soutenue par l’Agglomération, a été en résidence à la salle Harri Xuri

A retrouver dans le magazine Bask Info 4

Lire la version en basque

Pratique

Le spectacle Artha sera donné Vendredi 7 décembre à 20h30, à l’espace culturel Larreko de Saint-Pée-sur-Nivelle. Pour tout savoir de la trentaine d’autres propositions de kultura Bidean, consulter le site : www.kultura-bidean.eu

https://www.facebook.com/kulturabidean

©CôtéSudPhotos.jpg

Partager