COVID-19 : l’analyse des eaux usées pour anticiper un regain de l'épidémie

Afin de détecter un potentiel regain de l’épidémie, des analyses vont être effectuées dans 4 stations d’épuration du territoire : Anglet, Biarritz, Guéthary et Hendaye.

2020-07-28 (e)an argitaratua

Orrialde honetan

En réponse à l’émergence de la pandémie de COVID-19, un groupe de travail réunissant des experts en virologie médicale, en microbiologie environnementale, en hydrologie, en modélisation et en mathématiques statistiques a créé le réseau national ObEPINE (Observatoire Épidémiologique dans les Eaux usées).

Un réseau qui pourrait s'avérer très utile dans la prévention d'un éventuel rebond de l'épidémie. La présence de coronavirus dans les eaux usées est en effet détectable jusqu'à dix jours avant l'afflux de patients à l'hôpital. Étudier sa concentration permet d'anticiper l'évolution de la pandémie et de prendre au plus tôt les mesures nécessaires pour la corriger. 

Expérimentation sur le littoral basque

La Communauté Pays Basque, compétente en matière d’eau et d'assainissement, a souhaité s’impliquer dans cette démarche.  Elle a ainsi mis en œuvre un suivi dans 4 stations d’épuration du territoire qui font l’objet d’une augmentation de flux lors de la saison estivale : Anglet, Biarritz, Guéthary et Hendaye. 
Elle travaille avec les Laboratoires des Pyrénées et des Landes, laboratoire habilité pour la réalisation de ce type d’analyse et membre du réseau ObEPINE sur le département.

Anticiper l’évolution de la pandémie

Une fois les analyses effectuées, les résultats sont transmis au réseau Obépine et à l'Agence régionale de santé qui décide de la réponse sanitaire à apporter en cas de présence du virus dans les eaux usées. 
Cette démarche est également soutenue financièrement par l’Agence de l’Eau Adour Garonne.

Une réponse accélérée par rapport aux dépistages classiques, puisque le coronavirus semble être présent, sous une forme inactive, dans les matières fécales une semaine avant l'apparition de symptômes.

Au-delà, ce suivi permettra d’apporter des connaissances complémentaires quant aux capacités de traitement des stations d’épuration face à ce virus.

Actualités ArtikuluakActualitats