L’institut ARI primé

Les prestigieux prix du CNRS et du musée du Quai Branly récompensent les travaux de recherche innovants de l’institut ARI de Bayonne qui opère la rencontre entre la musique et les sciences humaines.

2021-12-23 (e)an argitaratua

Orrialde honetan

Créé en 2017 avec le soutien de la Communauté Pays Basque, l’institut ARI est mis à l’honneur cette année : médaille d’Argent du CNRS pour Denis Laborde, anthropologue de la musique et Directeur de l’institut, prix 2021 du Musée du Quai Branly attribué à Jaime Salazar pour sa thèse « Made in Colombia », une analyse ethnographique de la fabrication des musiques (afro)colombiennes, et enfin mention spéciale décernée à Julie Oleksiak, post-doctorante, pour sa thèse « Des musiques du monde à Royaumont. Fabrication de la diversité et programmation de rencontres dans une institution culturelle ».

ARI, qui signifie « faire » en basque au sens de fabriquer, est l’acronyme du Basque Anthropological Research Institute on Music, Emotion and Human Societies. Il réunit une équipe de chercheurs qui travaillent à faire de la musique un outil de compréhension des sciences humaines, au plus près des relations qui se jouent dans les pratiques artistiques. A vocation sociale, les programmes de recherche et d’expérimentation sont menés autour des populations « empêchées » qui ne peuvent pas accéder au cadre culturel : les personnes en immigration forcée et les personnes souffrant de troubles du spectre autistique notamment.

 

 

Une nouvelle approche expérimentale des sciences sociales

C’est l’étude des Bertsolari, ces chants basques poétiques et improvisés à la tradition ancestrale, qui a profondément marqué les travaux de Denis Laborde. Il développe une approche aussi innovante que radicale : concevoir les sciences sociales comme des sciences expérimentales. Car « Il n’y a pas de différence entre la théorie et la pratique. C’est notre devoir que d’expliquer et aussi de valoriser les initiatives qui utilisent la musique pour créer du lien. », clame l’anthropologue qui fait de sa discipline un outil de résilience.

Animé par le souci de « faire avec et pas seulement pour », Denis Laborde aime à embarquer les gens dans ses multiples projets. En témoigne l’esprit de rencontre du festival annuel HAIZEBI, ou encore la réalisation du film puissant AZTARNAK, rythmé par un chant traditionnel afghan perpétué par une mère pour ses enfants, sur la route de l’exil. La création d’un incubateur au carrefour de l’art, de la science et de l’intégration sociale va permettre de démultiplier les initiatives depuis le Pays Basque avec un rayonnement allant bien au-delà : les récentes collaborations avec des Universités aussi prestigieuses que Yale à New York ou le MIT de Boston donnent à voir de la valeur des contributions de l’Institut ARI.

 

Actualités ArtikuluakActualitats