Natura 2000 Montagne basque

Natura 2000, qu'est-ce que c'est ?

Lancé en 1992, Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels dont le but est de concilier préservation de la biodiversité et activités humaines, dans une logique de développement durable.

Au Pays Basque, 32 sites sont concernés. Ces périmètres définissent des espaces d’intérêt écologique identifiés pour la rareté et la fragilité des espèces végétales, animales et des habitats naturels qu’ils abritent.

Sur chaque site, un Document d’Objectifs (DOCOB) est élaboré et validé par un Comité de Pilotage réunissant les communes concernées, les usagers et représentants des organismes socio-professionnels, les administrations et les experts scientifiques. Basé sur un diagnostic initial, le DOCOB fixe les orientations de gestion pour le maintien ou le rétablissement des habitats et espèces d’intérêt communautaire et décline un plan d’action à mettre en œuvre.

La Communauté Pays Basque a été désignée structure animatrice de la mise en œuvre des DOCOB sur plusieurs sites, parmi lesquels le massif de la Rhune et de Choldocogagna et du Col de Lizarrieta. La collectivité s’engage afin de préserver et maintenir la qualité de ces milieux, de protéger les espèces de la flore comme de la faune sauvage. Elle accompagne également les démarches de partage de connaissance de ce patrimoine naturel.

Mise en œuvre des actions : une approche volontaire et contractuelle

La démarche Natura 2000 cherchant à concilier les activités humaines avec la préservation de la biodiversité, elle vise une mise en œuvre volontaire des actions du DOCOB par les acteurs d’un territoire. Plusieurs outils contractuels sont mobilisables :

  • Les contrats Natura 2000 

Ces contrats peuvent être souscrits volontairement sur les parcelles non agricoles incluses dans le périmètre Natura 2000, par les titulaires de droits réels et personnels. Les pétitionnaires réalisent les actions prévues au DOCOB dans une logique non productive, en échanges de financements (État et FEADER).

  • Les Mesures Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC)

Destinées aux agriculteurs et mobilisables sur les parcelles déclarées à la PAC, les MAEC visent à promouvoir le maintien ou l’adoption de pratiques favorables à la biodiversité. Les contractants s’engagent à respecter un cahiers des charges spécifique, en échange d’une aide.
En savoir plus sur ces mesures : cliquez-ici

Les sites Natura 2000 sur le territoire de la montagne basque

En ce qui concerne la Montagne Basque, plus de 50% du territoire est couvert par le dispositif Natura 2000 via sept sites Natura 2000. Ce dispositif vise à conserver un certain nombre d'habitats et d'espèces désignés par l'Europe pour leur rareté ou leur vulnérabilité, tout en tenant compte des pratiques humaines auxquelles ils sont profondément liés.

Sur ces sept sites Natura 2000 de montagne, la Communauté Pays Basque est gestionnaire de deux d'entre eux.

    Massif de la Rhune et de Choldocogagna (FR 7200760)

    Le site Natura 2000 Massif de La Rhune et de Choldocogagna s’étend sur 5 784 ha de basse montagne entre 3 et 900 m d’altitude, sur les communes de Sare (2.671 ha), Ascain (914 ha), Urrugne (1.458 ha) et Biriatou (741 ha).

    La désignation du territoire en tant que site Natura 2000 s’explique par la présence d’espèces et habitats naturels particuliers menacés au niveau européen. Le site inclut des milieux diversifiés de forêts, de landes, des milieux humides, des grottes et falaises etc, qui abritent une faune et une flore riches et variées.

    1) Les habitats d’intérêt communautaires

    Le site du Massif de La Rhune et de Choldocogagna est riche en habitats et espèces d’intérêt communautaire et prioritaire au sens de la directive « Habitats ».

    L’écologie des espèces patrimoniales présentes met en relief l’importance de 5 grands ensembles :

    • Les milieux humides et les rivières : Huit habitats naturels liés à l’eau, et l’habitat d’espèces d’intérêt communautaire : le Desman des Pyrénées, le Saumon atlantique, la Lamproie de Planer, la Mulette perlière et l’Ecrevisse à pattes blanches.
    • Les milieux forestiers : Sept habitats naturels et les quatre espèces d’insectes (Rosalie des Alpes, Grand Capricorne, Pique-prune, Lucane cerf-volant). Ces milieux jouent aussi un rôle fondamental pour les oiseaux, non pris en compte ici, et les chiroptères (terrains de chasse, parfois gîtes).
    • Le milieu souterrain : Un habitat naturel qui est l’habitat des sept espèces de chiroptères inscrits à l’annexe II de la directive « Habitats » présentes sur le site (Grand Rhinolophe, Petit Rhinolophe, Rhinolophe Euryale, Petit Murin, Grand Murin, Vespertillion de Beschtein et Minioptère de Schreibers), mais aussi celui des 6 autres espèces de chiroptères répertoriés sur le site et non concernés par la directive « Habitats ».
    • Les milieux rocheux (falaises, éboulis et rochers humides) : Deux habitats naturels d’intérêt communautaire, et l’habitat des deux espèces végétales du site concernées par la directive « Habitats » (Trichomanès remarquable et Grande Soldanelle). Les falaises rocheuses et les reliefs karstiques hébergent d’autre part des espèces avicoles nicheuses concernées par la directive « Oiseaux », et des chiroptères.
    • Les milieux ouverts : Quatre habitats naturels d’intérêt communautaire dont un prioritaire, qui couvre plus de 50% de la surface du site. Ces milieux ont un grand intérêt pour les chiroptères (terrains de chasse) et pour l’avifaune.

    2) Des paysages et une biodiversité issus d’une cohabitation multiséculaire entre l’homme et la montagne

    Une grande partie des richesses naturelles actuellement présentes a été façonnée par les pratiques agrosylvopastorales ancestrales :

    • Les grandes surfaces de landes ouvertes qui abritent certains types de landes très rares à l’échelle européenne ont été maintenues par le pâturage ovin, le libre parcours des pottok et les pratiques traditionnelles d’entretien (fauche de fougères).
    • Les vieilles forêts d’arbres têtards, habitat privilégié pour des espèces d’insectes rares, sont les résultantes d’une gestion sylvopastorale ancestrale associant gestion forestière et pâturage de sous-bois.
    • De nombreux habitats naturels remarquables comme les tourbières, les grottes et falaises, les forêts de ravin, etc., qui présentent une biodiversité particulière ont été préservés grâce à une gestion agropastorale extensive et respectueuse de la nature.

    3) Vers une évolution des pratiques

    Depuis de nombreuses années, le massif de La Rhune et de Choldocogagna connait de grandes évolutions. Les pratiques forestières traditionnelles ont été peu à peu abandonnées, les activités traditionnelles agropastorales sont en profonde mutation, une petite activité industrielle s’est installée et les nouvelles activités de sport, loisir et tourisme sont en pleine expansion.

    Or, ces changements peuvent conduire à la dégradation des milieux naturels.

    4) Les objectifs de gestion du site

    Le Document d’Objectifs (DOCOB) s’articule autour de 5 grands objectifs de gestion pour le site :

    • Mettre en œuvre une gestion forestière adaptée à la conservation de la biodiversité.
    • Mettre en œuvre une gestion des milieux ouverts adaptée à la préservation des habitats naturels et des habitats d’espèces d’intérêt communautaire.
    • Préserver les habitats d’espèces d’intérêt communautaire.
    • Informer et structurer la circulation du public.
    • Organiser la coopération entre acteurs, notamment entre acteurs transfrontalier

    Col de Lizarrieta (FR 7212011)

    Le site a la particularité de ne concerner qu’une seule commune, celle de Sare, et d’être localisé le long de la frontière espagnole. Le site s’étend sur 1499 ha.

    Cette zone de crête frontalière de moyenne montagne doit sa réputation à la migration des oiseaux. En effet, sa localisation géographique, entre deux pics d’altitude plus importante et ses conditions climatiques, favorise le fait que les oiseaux s’y engouffrent en masse.

    Le col de Lizarrieta fait partie des zones de migration les plus importantes des Pyrénées ce qui explique le nombre important de suivis ornithologiques. Il est également reconnu internationalement par sa désignation dans la convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage sous l’égide des Nations-Unies en tant que site important de rassemblement pour les oiseaux.

    1) Espèces d’intérêt communautaires

    Le site du « Col de Lizarrieta » a été désigné au titre de la directive « Oiseaux » avec la présence de 166 espèces différentes fréquentant le site.

    Néanmoins, 56 espèces sont inscrites au FSD et aux annexes de la directive oiseaux :

    • 40 espèces migratrices
    • 8 espèces résidentes ou nicheuses
    • 8 espèces considérées comme mixtes (à la fois migratrices et résidentes)

    2) Les objectifs de gestion du site

    Le Document d’Objectifs (DOCOB) s’articule autour de 4 grands objectifs de gestion pour le site :

    • Conserver un axe de migration libre de tout obstacle et peu dérangé
    • Préserver la quiétude de l’avifaune pendant les périodes sensibles
    • Partager les données ornithologiques entre tous
    • Conserver une mosaïque de milieux en maintenant un territoire rural et en s’appuyant sur les activités traditionnelles

    Contacts

    Les techniciens de la Direction Partenariats et Financements – Service Montagne restent à votre écoute au 05 59 56 05 60 ou via le mail montagne.paysbasquecommunaute-paysbasquefr

    Partenaires

    L’animation de ces sites Natura 2000 implique de nombreux partenaires. Elle se fait également en réseau avec les autres sites Natura 2000 du Pays Basque : 

    Orrialde honek zure beharrei erantzun ote du ?